– ORGANISATION COMMUNALE –

» HAVEaPLAN - Accueil »» Collectivités Territoriales »» Organisation communale

Le code Général des Collectivités Territoriales attribue au maire des responsabilités importantes en matière de police et d’organisation des secours, devant s’intégrer aux différents plans départementaux de secours. En mettant en place une organisation communale, l’objectif pour le maire est de développer une culture du risque de la population, d’éliminer les incertitudes, les décisions improvisées, en disposant un cadre de référence opérationnel, testé régulièrement, pour gérer différents évènements.

L’information des citoyens sur les risques naturels et technologiques majeurs auxquels ils sont soumis et sur les mesures de sauvegarde qui les concernent est un droit inscrit dans le code de l’environnement (article L.125-2). Ces informations permettent aux citoyens de connaître les dangers auxquels ils sont exposés, les dommages prévisibles, les mesures préventives pour réduire leur vulnérabilité ainsi que les moyens de secours mis en œuvre par les services publics.
C’est une condition essentielle pour les impliquer dans le processus de sauvegarde et leur permettre d’acquérir un comportement responsable face au risque.

L’information préventive a pour objectif de rendre le citoyen conscient des risques majeurs auxquels il est potentiellement exposé. S’il est convenablement informé sur les phénomènes dangereux, leurs conséquences et les mesures permettant de réduire les dommages, il deviendra moins vulnérable, et réagira de manière adaptée face aux différentes situations.

Ces actions (DICRIM, affichages, etc) favorisent le développement d’une culture du risque au sein du territoire.

Enfin, pour pouvoir réagir efficacement et transmettre une information claire et précise aux citoyens en temps de crise, les acteurs territoriaux doivent être formés sur la thématique des risques majeurs. L’objectif est de connaître l’alerte, les bons réflexes en cas de crise ainsi que les mesures à mettre en oeuvre. Les grands principes sont :

Pour élaborer une stratégie d’organisation face à un événement d’origine naturelle et/ou technologique, il est nécessaire, au préalable, de procéder à un diagnostic de vulnérabilités du territoire. Cette action consiste à appréhender le territoire en tant que système en s’intéressant à son fonctionnement dans les différentes phases de la crise.

L’objectif est de croiser les informations concernant l’occupation du territoire avec celles des aléas, au travers des thématiques des différents enjeux, et la manière dont ils sont impactés par l’aléa. De plus, il faut évaluer les impacts directs et indirects de l’aléa sur le fonctionnement du territoire et ses dynamiques. Cela se traduit par la réalisation de cartographies pour établir les constats de vulnérabilité.

Ainsi, il conviendra d’exploiter ces informations pour définir les vulnérabilités des enjeux et d’apporter une réflexion sur des solutions adaptées, envisageables pour limiter les dommages.

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) permet de préparer les acteurs impliqués dans la gestion d’un événement de sécurité civile pour diminuer, voire supprimer les incertitudes et les actions improvisées. Il prévoit la mise en oeuvre d’une organisation locale, testée et améliorée régulièrement à la suite d’exercice et de retour d’expérience, qui doit permettre de réagir rapidement et de manière cohérente afin de préserver le territoire communal et ses habitants. De plus, il anticipe l’information des populations concernées pendant la crise, de façon à prévenir toute panique ou réaction incontrôlée.

Les objectifs du plan sont les suivants :

> Sauvegarder des vies humaines,
> Diminuer les dégâts,
> Protéger l’environnement,
> Prévoir la gestion de l’après-crise.

Il permet aux responsables de :

Identifier les risques  > Répertorier les moyens disponibles > Répartir les missions entre les différents acteurs de la gestion de crise.

L’objectif du Plan communal de sauvegarde est de se préparer en amont pour pouvoir faire face à tous types de situations. Il permet, d’autre part, de gérer les différentes phases d’une situation :

Une fois les dispositifs de prévention et d’organisation mis en place,  il reste un travail essentiel à mener sur le long terme pour garantir le maintien de ces dispositifs et le niveau d’appropriation des acteurs. En effet, il est nécessaire de tester régulièrement le caractère opérationnel de ces outils.

L’exercice de mise en situation est l’étape indispensable pour s’assurer que les dispositifs mis en place sont opérationnels et apte à faire face à tout type d’évènements.

Pour aller plus loin, il est possible de :

> Tester une action spécifique définie dans les plans de mise en sûreté (évacuation d’une zone, schéma d’appels…).
> Faire participer des acteurs particuliers tels que les élus, la Reserve communale de Sécurité Civile (RCSC).
> Mettre à l’épreuve les différentes chaînes de commandement (liaison entre les acteurs de la gestion de crise…).
> Examiner la réaction des établissements scolaires et des établissements publics (PPMS, POMSE), ainsi que leur prise en charge tout au long de la crise.

..

FAIRE FACE À UNE SITUATION DE CRISE

> Améliorer la résilience du territoire,
> Répondre à des mesures obligatoires d’information, de prévention des populations et d’organisation des secours – article L2212-2 du Code Général des Collectivités – article L.125-2 du code de l’environnement,

> Organiser la réponse communale en cas d’événement de sécurité civile,
> Assurer dans le cadre de la sauvegarde, l’alerte et l’information de la population.
Maintenir la dynamique du projet pour assurer le maintien opérationnel du dispositif et le niveau d’appropriation des acteurs.